Autoroute A507 - L2 : les aménagements paysagers

Le TALUS, une réussite, mais bien isolé

En cohérence avec la volonté de réaliser une « coulée verte » sur les dalles de la L2, la SRL2 a décidé, avec l’accord de l’État propriétaire des terrains, de soutenir le développement d’un projet de ferme urbaine portée par l’Association HEKO Permaculture, en lui mettant gratuitement à disposition 2 parcelles de terrain et en contribuant financièrement aux premiers investissements.

Ces parcelles qui ont été remises à la SRL2 ou qu’elle a acquises font partie des « délaissés fonciers » et qui, à l’issue de la délimitation des emprises de l’Autoroute, se trouvent situées en dehors du domaine public autoroutier, et qu’il appartient à la SRL2 d’entretenir ou de valoriser.

Les engagements du Titulaire – la SRL2 en l’occurrence – sont contractuels. Pourtant, au vu des différents points suivants, on peut en douter. Quels moyens d’actions, l’Etat, les Collectivités Territoriales se donnent-elles pour faire respecter les engagements pris, tant au niveau du Contrat de PPP signé, que des différentes DUP ?

L'exemple emblématique de l'aménagement paysager

Dans le Contrat de PPP, il est fait mention d’une « étude architecturale et paysagère intégrée dans une approche globale intégrée » … et même, un « projet architectural et paysager » 

La plantation d’environ 850 arbres et de 20 000 m² d’espaces verts figure bien dans les engagements du Titulaire . L’engagement est clair : le Titulaire devra « proposer des espèces variées et adaptées au climat méditerranéen. »

Le traitement des issues de secours est – pour le moins – réduit à sa plus stricte expression. On a ici l’exemple d’un traitement à l’économie, au mépris de toute insertion paysagère.

sortie de secours - version SRL2

Sortie de secours - version avant le PPP

Le Contrat prévoit « une végétalisation des protections phoniques […] dans les secteurs les plus visibles par les riverains » [Annexe 1 du PFD]

Certains riverains ont ce magnifique mur laissé à l’abandon qui mériterait d’être végétalisé, comme indiqué dans le contrat !

Et des strates de béton d’argile devaient empêcher l’effet rebond du bruit d’une paroi sur l’autre.

Mur visible côté conducteurs, sans protection phonique telle que décrite dans la DUP et dans les promesses de la DDE

Mur visible côté riverains, sans végétalisation telle que décrite dans la DUP et le contrat de PPP

Un peu de peinture sur les piliers comme aménagement paysager ?

Autres «aménagements paysagers»