Revendication du CAN : informer les citoyens sur la qualité de l'air

Nous respirons chaque jour, en moyenne, 12000 litres d’air ! Le minimum pour tout un chacun serait de connaitre la qualité de l’air qu’il inspire !

La Charte de l’environnement, dans son article 1°, reconnait à « Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé. »

Le CAN a mené ou mène donc plusieurs combats pour informer les citoyens :  

Informer air météo neutre bis
Cliquez ci-dessous pour en savoir plus

FR3

Depuis 2016, le CAN est intervenu auprès de la Direction Nationale de F3, auprès de la Direction Régionale. 

Nous sommes même intervenus auprès de la ministre, Mme Fleur PELLERIN

L’hiver, on nous donne le risque d’avalanche, la hauteur d’enneigement          L’été, on nous donne l’indice UV, la température de l’eau …

Mais sur la qualité de l’air, rien ? Près de 50 000 morts par an, ce n’est pas suffisant ??

Il est vrai qu’à Marseille, on  ne manque pas d’humour non plus :  A une question d’un élu sur la pollution de l’air, M. GAUDIN, alors Maire de Marseille, lui répond : « – Pour rassurer M. MAGGIO, heureusement que de temps à autre il arrive des coups de mistral extraordinaires qui nettoient tout ! » (Source : Conseil Municipal du 15/12/2014, publié au RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS DE LA VILLE DE MARSEILLE N° 451 le 17 février 2015, Page 42)

Mais nous ne sommes pas satisfaits ! La présentation d'une moyenne de multi-polluants, qui plus est au niveau régional, est faussée. Nous demandons que cette météo de la qualité de l'air soit déclinée au niveau des émissions LOCALES de FR3, pour être au plus près des populations.

Académie et Rectorat

Le CAN s’est étonné que lors des pics de pollution suffisamment grave pour déclencher des alertes par la Préfecture, les établissements scolaires n’étaient pas prévenus. Les Chefs d’Etablissements ne pouvaient alors pas prendre les mesures qui s’imposent.

le CANL2 avait attiré l’attention de l’Académie Aix Marseille en 2017 et  le 20 mars 2017, Monsieur Stéphane Poignet, délégué académique du CHSCT (Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail) nous avait répondu :

« Bonjour Monsieur, 
Nous avons bien reçu votre courrier du 28 février 2017 envoyé en recommandé.
Votre étonnement par rapport à la  non diffusion de la lettre quotidienne d’Air PAca est tout à fait légitime. 

Pour information, la démarche a été engagée en CHSCT Académique. 
De plus, mes services ont déjà rencontré AirPaca et l’ARS PACA plusieurs fois afin d’élaborer la stratégie à mettre en œuvre. A ce jour, nous en sommes à la rédaction de documents pédagogiques sur les mesures à mettre en place à destination des directeurs d’écoles et chefs d’établissements en cas de pics de pollution. 

Cette rédaction se fait en concertation avec l’AirPAca et l’ARS PACA.
Leur diffusion est imminente (avril-mai).

En espérant avoir répondu à votre inquiétude, Monsieur, nous vous prions d’agréer l’expression de nos sentiments respectueux. »

Le 24 février 2018, les établissements scolaires étaient – enfin- prévenus !

Procédure Préfectorale en cas de pics :

 Deux seuils réglementaires sont définis dans les arrêtés préfectoraux :

  • Information et recommandation :  niveau de concentration à partir duquel une information-recommandation est relayée vers les populations sensibles et vulnérables (femmes enceintes, nourrissons, personnes âgées et/ou présentant des pathologies dont les symptômes peuvent être amplifiés lors d’épisodes de pollution)
  • Alerte : niveaux de concentration plus élevés que le précédent ou persistance du premier seuil pendant au moins deux jours consécutifs. Les recommandations sanitaires et comportementales concernent alors toutes les populations. Des actions de réduction des émissions polluantes sont mises en place par la préfecture (réduction de vitesse, réduction des émissions industrielles…) en fonction de l’intensité de l’épisode.

Messages sanitaires à destination des populations vulnérables, des populations sensibles et de la population générale

POPULATIONS CIBLES des messages

Populations vulnérables :

Femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques.

Populations sensibles :

Personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ ou dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics (par exemple : personnes diabétiques, personnes immunodéprimées, personnes souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux).

MESSAGES SANITAIRES

Dans tous les cas :
 en cas de gêne respiratoire ou cardiaque, prenez conseil auprès d’un professionnel de santé ;
 privilégiez des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort ;
 prenez conseil auprès de votre médecin pour savoir si votre traitement médical doit être adapté le cas échéant.

En cas d’épisode de pollution aux polluants PM10, NO2, SO2 :
 évitez les zones à fort trafic routier, aux périodes de pointe ;
 privilégiez les activités modérées.

En cas d’épisode de pollution à l’O3 :
 évitez les sorties durant l’après-midi lorsque l’ensoleillement est maximum ;
 évitez les activités physiques et sportives intenses2 (dont les compétitions) en plein air ; celles peu intenses à l’intérieur peuvent être maintenues.

Informer le grand public

Conscients que pour se protéger, il faut être informés ; conscients que cette information doit concerner un public le plus largement possible ; après avoir obtenu que les établissements scolaires soit informés lors des pics de pollution ; après avoir obtenu que la qualité de l’air soit diffusée lors des informations régionales, il nous a semblé important que le plus grand nombre soit informé sur la qualité de l’air que tous nous respirons.

C’est pourquoi nous avons élaboré un projet avec AtmoSud pour la diffusion d’une émission localisée de la météo de l’air chez un pharmacien, adhérent du CAN. 

En partenariat avec AtmoSud, la Région et l’ARS, nous avons collaboré à la création d’une vidéo qui présente la qualité de l’air de la Région Sud (de même type que celle diffusée sur FR3), puis celle de la ville de Marseille et enfin, au plus près celle du quartier de Frais Vallon. Des messages de prévention, associés au polluant majoritaire expliquent les bons gestes à avoir. Les messages d’alertes pollution en cas de pics, déclenchés par la Préfecture, trouveront là un relais au plus près de la population.

En effet, la pharmacie de Frais Vallon se situe sur une place qui accueille un marché 3 jours par semaine, en face du terminus d’une ligne de bus qui dessert la station de métro éponyme.

C’est une phase expérimentale. En cas de succès, nous nous orienterons vers une extension à d’autres supports (autres pharmacies, centres municipaux, labo… toute structure qui possède un écran à diffusion du public). En effet cette vidéo adaptable à tout quartier de Marseille, à toute ville de Région Sud. Elle donne la qualité de l’air quotidiennement ainsi que celle prévue le lendemain. 

A titre d’exemple, voici un prototype de ce qui est visible, de l’extérieur de la pharmacie de Frais Vallon, pour le dimanche 11 avril 2021