Pollution de l’air : les effets néfastes sur la santé humaine plus que prouvés

Alors que Santé publique France comptait 48 000 décès attribuables à la pollution de l’air en juin 2016, une nouvelle étude, menée par des chercheurs de l’université Harvard, aux Etats-Unis, en collaboration avec des universités britanniques en recense 97 242, soit 17% des morts annuelles françaises. 

L’augmentation des taux de particules fines dans l’air est facteur de risques sanitaires (maladies cardiovasculaires, altération des fonctions pulmonaires, cancer du poumon et diminution de l’espérance de vie).

Les nanoparticules ne sont pas suivies ou très mal mesurées, mais elles pourraient avoir des impacts similaires ou plus graves. On en trouve par exemple des taux élevés dans les tunnels routiers.

Toutes les « matières particulaires » sont désormais classées cancérogènes pour l’homme (Groupe 1) par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

Les enfants sont plus vulnérables à la pollution de l’air

De nombreuses études montrent la vulnérabilité des enfants à la pollution de l’air. Leur système respiratoire et immunitaire n’est pas mûr. Rapportée à leur poids, leur dose d’exposition aux polluants de l’air est plus importante que chez les adultes.

Le nombre d’enfants asthmatiques a ainsi doublé en deux décennies, en grande partie à cause de la pollution. La pollution de l’air provoque également un retard dans le développement cognitif des enfants, un déficit de QI. Elle favorise des maladies mentales et neurologiques. Et même dans le ventre de sa mère, le foetus est vulnérable à la pollution : le risque de naissance prématurée augmente, le poids à la naissance diminue. Elle cause un retard dans le développement pulmonaire des enfants, c’est-à-dire que les enfants qui sont exposés à la pollution y seront plus sensibles quand ils seront plus grands, qu’ils respireront plus mal quand ils seront adultes. La pollution cause également un retard dans le développement cognitif des enfants. Tout d’abord parce que les enfants malades ont plus de difficultés à l’école. Mais aussi parce qu’elle favorise tout un ensemble de maladies neurologiques Bref, la pollution nuit à la santé des enfants mais aussi à leur avenir.