|

Le retour des drones renifleurs qui auscultent la pollution des navires

Article de Suzanne Leenhardt , le 13 Juillet 2021                                            Marsactu 

Drones, capteurs et satellites… Pendant tout le mois de juillet et pour la deuxième fois, des chercheurs vont recueillir par différents moyens les fumées émises par les navires dans le Grand port de Marseille-Fos. Une initiative mise en avant par l’institution, après des crispations autour de la pollution de l’air.

Sur la carte qui s’affiche, une grande ligne rouge se dessine de Gibraltar à Suez. Présentée lors de la conférence de presse de présentation du projet Scipper, elle indique la très forte pollution de l’air en dioxyde de carbone (CO2), et en oxyde d’azote (NOx) que laissent les porte-containers qui traversent le bassin méditerranéen. Alors que la pollution de l’air est une préoccupation grandissante à Marseille et que la part du trafic maritime dans celle-ci est majeure, le Grand port de Marseille a recueilli une ribambelle de remerciements ce lundi 12 juillet, pour avoir ouvert ses portes à ce projet financé par l’Union européenne. À ses côtés pour le présenter, Atmosud, l’association chargée de la mesure de la qualité de l’air.

C’est la deuxième fois que ce programme fait une halte à Marseille. En 2019 déjà, des équipes avait pu effectuer des prélèvements dans les mêmes conditions. Il s’agira de nouveau de mieux détailler la composition des émissions des navires et de déterminer leur impact sur la côte. Pendant un mois, des chercheurs effectueront des mesures des panaches de fumée à Fos et à Marseille pour vérifier la composition des combustibles grâce à des instruments divers et variés.

Plusieurs capteurs terrestres ou “analyseurs” ont été installés le long du port entre les deux sites l’un situé à la Major et l’autre, plus au nord, à hauteur de la Cabucelle. Et pour aller au plus près des rejets des bateaux, des drones équipés de capteurs électrochimiques se positionnent au centre du panache afin de recueillir les composants, avec l’accord des capitaines. Tous les bateaux sont ciblés : paquebots, ferrys, yachts.

Suite de l’article sur le site de MARSACTU

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.